Archéologie instantanée :

La culture de la nourriture et des déchets

 


Depuis que je suis enfant, je me demande pourquoi nous produisons autant de déchets. Le problème vient en partie du fait que tous les produits et jouets que nous achetons ne sont plus conçus pour durer comme ils l'étaient autrefois. La technologie existe pour fabriquer un réfrigérateur qui gardera votre bière froide pendant 400 ans, mais Sears ferait faillite s'il vendait un tel réfrigérateur. Les entreprises doivent vous vendre de nouveaux réfrigérateurs, micro-ondes, voitures et téléphones mobiles tous les deux ans pour être rentables et se développer. La croissance économique est synonyme de gaspillage.
Mais est-ce seulement notre modèle économique qui est à blâmer ? Sommes-nous simplement des victimes ? Est-ce notre faute si nous rentrons de l'épicerie avec un tas de plastique et d'emballages qui vont directement à la poubelle (ou au bac de recyclage, pour soulager notre culpabilité) ? Il est facile d'être paresseux et passif et de céder à notre désir d'avoir des choses tout en blâmant la cupidité des entreprises. Mais ce n'est pas responsable, pas si nous voulons laisser un monde meilleur à ceux qui nous suivront.
J'ai demandé à ma famille, à mes amis, à mes voisins et à d'autres connaissances de conserver leurs déchets et leurs produits recyclables pendant une semaine, puis de s'allonger et de se faire photographier avec. Nous avons fait notre lit et maintenant nous nous y couchons. Moi y compris. J'ai photographié ma famille parce que je voulais que mon fils comprenne que nous contribuons nous aussi au problème.
J'ai créé les décors des photos dans mon jardin à Altadena, en Californie : eau, forêt, plage, neige ; aucun environnement naturel n'est à l'abri des déchets. Certains se demandent pourquoi j'ai compté les produits recyclables comme des déchets. Malheureusement, une grande partie de ce que nous pensons être recyclable n'est pas recyclée. Chaque année, 8 millions de tonnes de plastique finissent dans nos océans. De nombreuses villes ont supprimé leurs programmes de recyclage parce qu'ils étaient trop coûteux et inefficaces. Mais la principale raison pour laquelle j'ai inclus les produits recyclables dans ces portraits est que c'est ce qui nous définit. Le fil conducteur est constitué par les déchets générés par l'industrie alimentaire. La plupart d'entre nous ne cultivent pas ou ne préparent pas leur propre nourriture. Nous sommes devenus dépendants des industries de la restauration et de la cuisine et le résultat est une augmentation massive des déchets.
J'ai commencé à me demander comment notre alimentation avait été influencée par cette révolution dans la façon de produire et de consommer les aliments. Je me suis rendu compte que nous ne nous préoccupons pas assez du contenu de nos aliments parce que ce n'est pas nous qui les produisons. Nous avons externalisé l'ingrédient le plus vital de la vie, le tissu conjonctif des familles et de la culture. Nous choisissons souvent des aliments tout prêts, peu coûteux et rassasiants, mais pas très nutritifs.
Je me suis dit : « Et si nous tenions un journal de tout ce que nous mangeons et buvons pendant une semaine afin de nous concentrer sur l'alimentation et la santé et de nous approprier les aliments que nous mangeons ».
Il était logique de commencer par les enfants, car les habitudes alimentaires se prennent tôt. Si vous n’arrivez pas à prendre les bonnes habitudes à l'âge de 9 ou 10 ans, ce sera beaucoup plus difficile à l'âge adulte.
Comme la mondialisation modifie notre relation à la nourriture, j'ai fait mon tour du monde - de Mumbai et Kuala Lumpur à Hambourg, Nice et la Sicile. De Dakar à Brasilia et Dubaï. J'ai découvert que nous sommes à un point de basculement. L'équilibre de ce que la plupart des enfants mangent aujourd'hui s'éloigne radicalement des ragoûts et des légumes faits maison au profit d'aliments emballés et de snacks ultra-transformés, dont beaucoup sont conçus pour plaire aux enfants.
Pourtant, j'ai été encouragé par la découverte de régions et de communautés où le slow food ne sera jamais remplacée par la malbouffe, où les repas faits maison sont le fondement de la famille et de la culture, où l'amour et la fierté sont perceptibles dans les arômes des ragoûts et des currys. Lorsque les aliments que vous consommez sont faits maison, il n'y a pratiquement pas d'emballages dans vos poubelles, ce qui est non seulement agréable à l'œil mais aussi respectueux de l'environnement. Plus nous préparons nos propres repas à partir d'aliments complets, moins nous produisons de déchets - ce qui me ramène à la case départ.

Un vieil adage dit : « La main qui remue la marmite dirige le monde ». Lorsque la main qui remue la marmite se préoccupe davantage du profit que de notre bien-être ou de celui de la planète, il est temps d'insister sur des options plus saines et, dans la mesure du possible, de remuer nos propres casseroles.

Gregg Segal

Instant Archeology:
The Culture of Food and Waste



Ever since I was a kid I’ve wondered why we produce so much garbage. Part of the problem is that all the products and toys we buy aren’t made to last the way they once were. The technology exists to make a refrigerator that will keep your beer cold for 400 years, but Sears would go broke if they sold such a refrigerator. Companies need to sell you new refrigerators and microwaves and cars and smart phones every few years in order to be profitable and to grow. Economic growth is synonymous with waste.

But is it only our economic model that is to blame? Are we merely victims? Is it our fault that we come home from the grocery store with a load of plastic and packaging that goes straight into the trash (or recycling bin, to ease our guilt)? It’s easy to be lazy and passive and indulge our desire for stuff while blaming corporate greed. But it isn’t responsible, not if we want to leave the world a better place for those who follow us.

I asked family, friends, neighbors and other acquaintances to save their trash and recyclables for a week and then lie down and be photographed in it. We’ve made our beds and now we’re lying in them. Me included. I photographed my family because I wanted my son to understand that we’re contributing to the problem, too.

I created the settings for the pictures in my backyard in Altadena, California: water, forest, beach, snow; no natural environment is safe from trash. Some question why I’ve counted recyclables as garbage. Sadly, much of what we think  is recyclable doesn’t get recycled. Every year, 8 million tons of plastic end up in our oceans. Many cities have done away with their recycling programs because they’re too costly and inefficient. But the main reason I included recyclables in these portraits is because that’s what defines us. The common thread is the waste generated by the food industry. Most of us don’t grow or prepare our own food. We’ve grown dependent on the industries of eating and cooking and the result has been a massive increase in waste.

I began to wonder how our diets have been impacted by this revolution in the way food is produced and consumed. It struck me that we don’t give enough thought to what’s in our food because we’re not the ones making it. We’ve outsourced the most vital ingredient of life, the connective tissue of families and    culture. We often choose foods that are ready-made, inexpensive and satiating,           but not very nutritious.

I thought, what if we kept a journal of everything we eat and drink for one week to  bring our focus onto diet and health and take ownership of the foods we eat.
Beginning with kids made sense because eating habits start young. If you don’t   get it right when you’re 9 or 10, it’s going to be a lot harder when you’re older.
As globalization alters our relationship to food, I’ve made my around the world – from Mumbai and Kuala Lumpur to Hamburg, Nice and Sicily. From Dakar to Brasilia and Dubai. I’ve found that we’re at a tipping point. The balance of what most kids eat now is dramatically tipping away from homemade stews and vegetables towards ultra-processed packaged foods and snacks, many of them designed to appeal to children.

Still, I’ve been encouraged to find regions and communities where slow food will never be displaced by junk food, where home cooked meals are the bedrock of family and culture, where love and pride are sensed in the aromas of stews and curries. When the foods in your diet are homemade, there is almost no packaging in your trash, which is not only pleasing to the eye but easy on the environment. The more we prepare our own meals from whole foods, the less waste we generate – which brings me full circle.

There’s an old adage, “The hand that stirs the pot rules the world.” When the hand stirring the pot is more concerned with profit than in our well being or the well being of the planet, it’s time we insist on healthier options and whenever possible, stir our own pots.


- Gregg Segal